APPELEZ- MOI
 

Comment choisir son auxiliaire de vie ou son prestataire d’aide à domicile

Les personnes âgées ou dépendantes aspirent le plus souvent à rester dans leur logement. Vous pouvez les y aider ! En effet, il est possible de préserver le cadre de vie et l’indépendance de votre proche en faisant appel à une aide à domicile. Mais comment choisir le bon organisme ou la bonne personne pour venir en aide à cette personne qui vous est chère ? Quels sont les services disponibles ? Quels sont les modes de recrutement ? Comment prendre les bonnes décisions ? Voici quelques pistes pour vous éclairer.

Prestataire ou mandataire, choisissez le service d’aide à domicile qui convient le mieux à votre proche

Pour recruter un auxiliaire de vie, vous pouvez choisir entre un service prestataire ou un service mandataire.

Le prestataire est une association ou une entreprise de service à domicile qui recrute des aides de vie intervenant chez le bénéficiaire. L’avantage principal est que vous n’êtes pas l’employeur. Les démarches sont donc allégées (pas de contrat de travail, pas de charges sociales…).

L’inconvénient, c’est que le personnel intervenant chez votre proche peut changer en fonction du planning des salariés (maladie, congés…). Mais rassurez-vous, il y aura toujours une continuité de service puisque le prestataire organise le remplacement des intervenants. Il faut également savoir que le service rendu par le prestataire (recrutement, planning, fiches de paie, encadrement des formations…) est facturé, ce qui rend cette formule un peu plus chère. Mais ici, seules les heures effectivement assurées par l’employé sont facturées.

Dans le cadre d’un service mandataire, c’est le bénéficiaire qui devient l’employeur de l’aide à domicile. La structure mandataire accompagne et conseille le bénéficiaire dans le recrutement et la gestion du salarié (rédaction du contrat de travail, fiche de paie, Urssaf), mais il reste responsable des aspects réglementaires (respect du Code travail…). Ce service vous garantit l’intervention d’une même personne au domicile de votre proche. La continuité de l’aide est également assurée puisque l’intervenant sera remplacé en cas d’absence. Les tarifs mandataires sont souvent plus avantageux, la responsabilité étant moindre.

Pour vous donner un ordre d’idée, comptez entre 18 et 25 € de l’heure pour le service prestataire et entre 15 et 20 € de l’heure pour le mandataire. Il s’agit là des tarifs pour une intervention de jour en semaine. Les services de nuit ou les dimanches et jours fériés seront majorés.

Posez les bonnes questions pour trouver votre auxiliaire de vie

Si votre proche a besoin d’une aide à domicile, il faudra en premier lieu définir ses besoins et faire émerger la liste des tâches qui vont être déléguées. Il ne s’agit pas uniquement des tâches visibles (ménage, jardinage, toilette…), vous pouvez aussi demander à l’intervenant d’accorder du temps et de l’attention à la personne fragilisée, en allant par exemple faire les magasins avec elle, en triant des photos, par des lectures… Une personne  dépendante a aussi besoin de distractions pour garder goût à la vie.

Pour éviter les mauvaises surprises lors du recrutement, il faut donc prévoir les bonnes questions :

  1. Quelles sont les qualifications de l’intervenant ? Interrogez la personne sur sa formation (DEAVS – Diplôme d’État d’auxiliaire de vie sociale, Bac Pro ASSP – accompagnement, soins et services à la personne), mais aussi sur son expérience : posez des questions concrètes liées au quotidien de votre proche (capacité à assurer un transfert lit/fauteuil), vérifiez ses références…
  2. Assurez-vous de l’étendue de la prestation : l’intervenant accepte-t-il de gérer aussi bien les tâches ménagères, la toilette que l’assistance aux soins ?
  3. Quel sera le coût de la prestation ? Demandez un devis précis et vérifiez que les tarifs annoncés n’appliquent pas directement la réduction fiscale à laquelle certaines personnes ont droit.
  4. Y aura-t-il une continuité de service ? Il est important d’être sûr qu’il y aura toujours quelqu’un pour s’occuper de votre proche.
  5. Qui contacter en cas de problème ? Vous devez avoir un interlocuteur unique. Il est aussi intéressant de savoir si une évaluation de la prestation auprès du bénéficiaire est prévue.
  6. Vous pouvez également vous renseigner sur les certifications ou les agréments détenus par les organismes de service. Ce sont souvent des gages de qualité.

Les formalités administratives ne doivent pas vous faire perdre de vue l’essentiel : le bien-être de votre proche. Un bon feeling avec l’aide à domicile peut être l’élément décisif.

Comment faire les bons choix ? Auprès de qui vous renseigner ?

Nous voulons toujours le mieux pour les gens qui nous sont chers, mais il est souvent difficile pour la famille d’assurer elle-même cette assistance à domicile. Il faut alors faire les bons choix quant à l’organisation à mettre en place, mais aussi la bonne rencontre concernant la personne qui prendra soin de notre proche.

Le portail national pour les personnes âgées est un bon début pour comprendre et envisager les différentes possibilités. Il est toujours plus rassurant de prendre quelques contacts auprès de structures d’aide à domicile, pour échanger sur la situation de votre proche ainsi que pour être conseillé et épaulé afin de prendre les décisions qui s’imposent en toute quiétude.

L’annuaire du Portail pour les personnes âgées ou celui de la Direction générale des entreprises vous seront également utiles pour trouver des interlocuteurs.

Le Conseil départemental peut aussi vous renseigner et vous orienter dans vos démarches.

Discutez, échangez avec la personne dépendante au sujet de ses préférences, de ses envies. Il est essentiel de l’impliquer et de la faire participer. Ces décisions ne sont jamais simples à prendre, c’est en communiquant et en étant attentif que vous assurerez le bien-être de votre proche.

Découvrez notre article « Ma mère vient d’être diagnostiquée Alzheimer, que faire ?! »

Les avantages de Tavie