APPELEZ- MOI
 

Avoir un animal de compagnie, quand on est seul chez soi : les bonnes pratiques

Selon les personnes, les habitudes, le style de vie… il n’est pas toujours facile de se retrouver seul. À tout âge, la solitude et l’isolement peuvent avoir un impact négatif sur le moral et parfois sur la santé. Alors, avoir un animal de compagnie lorsqu’on vit seul : bonne ou mauvaise idée ?

Avoir un animal de compagnie, c’est bon pour le moral et pour la santé

Chien, chat, hamster, canari… peu importe le type de compagnon, l’important c’est sa présence et la place qu’il prendra dans le quotidien de la personne. On entend souvent parler des bienfaits des animaux de compagnie sur les personnes âgées ou malades. C’est avant tout le réconfort de ne plus être seul pour traverser certaines épreuves.

C’est aussi une responsabilité de s’occuper de cet animal au quotidien. Cela impose de ne pas se laisser aller et oblige les seniors, souvent plus casaniers, à sortir. Il pourra s’agir d’une promenade quotidienne si le compagnon est un chien, mais aussi de rendez-vous chez le vétérinaire, ou de toute autre occasion d’intégrer les besoins de son animal dans la vie de tous les jours.

Rentrer chez vous pour retrouver votre chien qui vous fera la « fête »  ou savourer l’affection d’un chat qui se blottira contre vous le soir dans le canapé sont des marques touchantes d’affection qui jouent aussi sur l’estime de soi, particulièrement lorsque l’on vit seul.

Un animal de compagnie, c’est parfois des soucis

Offrir un animal de compagnie à une personne âgée qui n’est pas autonome n’est pas forcément la meilleure idée qui soit. En effet, offrir un chien qui a besoin de sortir régulièrement et de se dépenser à une personne qui n’est plus mobile, c’est assurément apporter des complications dans sa vie. L’animal peut vite devenir ingérable ou malheureux dans ces conditions.

On voit aussi des seniors valides chahutés par des chiens énergiques lors des promenades. S’il se met à courir soudainement, ce type de chien peut également entraîner des chutes.

Un animal c’est aussi plus de ménage, avec des poils semés dans toute la maison, des traces de pattes lorsqu’il pleut ou tout simplement des bêtises, notamment pour les chiots ou les chatons.

Certains seront aussi réticents, car angoissés à l’idée de mourir avant leur animal ou l’inverse, mais aussi par la peur d’être diminués avec l’âge et de ne plus pouvoir s’en occuper comme il faut.

Trouver le compagnon idéal lorsqu’on vit seul

Apprécier la présence d’un animal de compagnie est une chose, mais il faut faire un choix adapté en fonction de ses habitudes, afin qu’il ne devienne pas une contrainte. Une personne qui aime prendre l’air, se promener, appréciera l’énergie d’un chien. S’il s’agit d’un besoin de tendresse et d’un animal plus autonome, un petit chat conviendra mieux.

Les hamsters, lapins, oiseaux dans leurs cages seront aussi de bons compagnons pour les personnes plus sédentaires. Dans tous les cas, anticipez au maximum l’arrivée de l’animal, en prévoyant par exemple des sacs de litière ou de croquettes d’avance afin de décharger votre parent de ces achats lourds et volumineux !

L’idéal est évidemment que le senior choisisse lui-même son animal afin de prendre plaisir à s’occuper de ce nouveau compagnon.

Sachez aussi qu’un chien qui saura aboyer et se manifester si quelque chose ne va pas pour prévenir le voisinage reste tout de même moins efficace qu’une téléassistance…

Découvrez dans notre précédent article «  Comment entretenir sa mémoire: découvrez une mine de bons conseils à partager avec vos proches ! « 

De multiples avantages